[Manga] Hokuto no Ken

Suite à une catastrophe nucléaire, le monde est désormais plongé dans le chaos. Les forts écrasent les faibles et rien ne semble pouvoir changer cela. Sauf Kenshiro. Héritier de l’un des arts martiaux les plus puissants (Hokuto Shinken), il parcourt ce monde désolé et aide tous ceux qui ont besoin de lui. Mais Kenshiro a un autre but: trouver la femme qu’il aime. Et son périple sera aussi long et enrichissant que difficile.

On connait tous Ken le Survivant qui passait dans le Club Dorothée (anime presque aussi vieux que moi d’ailleurs, ca fait bizarre). Mais le mangaqu’en est-il du manga?

A l’époque, je n’étais pas du tout fan de la série. Je n’aimais pas le design et l’histoire me semblait très floue. D’accord, j’avoue que j’écoutais le générique avec plaisir mais ca n’allait pas plus loin. En même temps, j’avais moins de 10 ans et je ne pense que pas qu’on puisse apprécier ce genre d’anime si jeune. Mais avec le temps (et beaucoup de nostalgie), j’ai succombé à l’appel du manga. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai pas du tout eu la même sensation que dans ma jeunesse. L’impression que j’ai aujourd’hui est bien plus positive. Explications.

Hokuto no Ken est violent, on ne peut guère le nier. Entre l’ambiance apocalyptique très bien retranscrit, avec un monde en ruine, plongé dans le chaos le plus total où règne la loi du plus fort, et la violence des combats où chaque méchant se voit finir en bouillie, Ken est violent, très violent même. C’est aussi l’occasion d’apprécier des techniques de malade. Comment ne pas être admiratif quand Ken presse un point et que le méchant se met à onduler comme une baudruche? Comment ne pas pas être contemplatif quand il se met à contrôler le corps de ses ennemis, juste avec un doigt pour qu’il lui dise tout? Sans parler des murs, des pierres, des corps humains et de tout ce qu’il veut, détruit en un seul coup. Ken, c’est le guerrier sur lequel on n’aimerait pas tomber en sortant de boite de nuit, sous peine de se retrouver manchot et sans comprendre pourquoi.

J’ai l’air d’être méchant mais j’ai apprécié Hokuto no Ken. Certes, les combats sont totalement irréalistes et légèrement répétitif avec le temps, notamment le manque d’inspiration de notre héros qui balance toujours sa phrase fétiche « tu es déjà mort ». Après 26 tomes, on peut être en droit de trouver le manga répétitif mais ce n’est qu’un détail. Si dans l’anime de 1984, ce n’était pas évident (peut-être à cause de notre jeune âge), Hokuto no Ken n’est pas si noir. D’accord, c’est l’apocalypse tout le temps mais il y a aussi de bons sentiments. Par exemple, Ken est très humain, très bon, même si sa tête fait carrément flipper. Il apporte un peu d’espoir (mais pas de finesse dans ce monde de brute ^^) et les gens qu’il croise sont subjugués par son aura et ont envie de croire en lui. Et tous ceux qui ont croisé son chemin ont enfin l’impression de connaitre quelques moments de paix et de voir enfin un avenir un peu moins noir.  Pas étonnant que tous les perçoivent comme un sauveur.

Les trois frères du Hokuto

Mais le point fort du manga ne réside pas en son héros mais deux autres personnages: Toki et Raoh. Personnellement, ce sont mes personnages préférés, de part leur classe, leurs attitudes antagonistes, leur histoire personnel et leur force. Attention, je ne dis pas que Ken est faible et n’a pas de caractère. Pas du tout. Ce n’est pas un héros qui se découvre petit à petit. Dès son plus jeune âge, il est déjà fort et déjà charismatique. Peu d’ennemis sont capables de rivaliser avec lui et sa technique n’a presque aucun défaut. On aime son côté impassible et ses accès de colère face à la brutalité des bandits. Non, si Toki et Raoh sont plus intéressants, c’est dans leur manière d’appréhender les choses.

Toki le sage (et son côté Jésus, par du tout fait exprès ^^), le plus grand guerrier du Hokuto, dont tout le monde reconnait la force et la splendeur, y compris ses ennemis. Malgré ça, c’est un homme profondément bon et sincère, qui cherche à aider les autres, même aux portes de la mort. Il incarne la face tranquille de la puissance, qui ne sert pas qu’à détruire. A l’inverse de Raoh qui, malgré une excellente technique, est surtout connu pour sa force et sa violence. C’est le méchant de la première partie du manga mais un méchant qu’on ne peut détester. Il inspire la peur et est une brute épaisse mais on s’aperçoit que cette attitude cache quelque chose. Raoh a vite compris que ce monde était perdu et qu’il fallait quelqu’un de fort pour l’unifier. Et pour mettre fin à la violence inhérente, il a choisi plus de violence. Son choix est discutable mais son but n’était pas aussi mauvais qu’on peut le croire. Il cherchait simplement à mettre fin à un destin sombre. c’est pour cela qu’il n’hésite pas à pleurer pour son frère mourant ou à aider Kenshiro quand celui-ci est en danger. Raoh est plus maladroit que mauvais. Il est l’opposé de Toki, qui préfère la parole et les actes de bonté à la puissance.

Et c’est pour cela que la première partie du manga est meilleure que la 2ème. Elle dure d’ailleurs plus longtemps et est riche en rebondissement. Le début est une introduction classique mais très vite, on comprend vite où l’histoire nous emmène et révèle ses éléments petit à petit. Les adversaires de Ken lui apporte ce qui lui manque et parfont son art. Il le dit lui-même à plusieurs reprises. Les grands ennemis qu’il a affronté sont tous de valeur et le pousse à améliorer ses techniques. Mais c’est surtout la douleur de perdre des valeureux combattants qui le perfectionne, et particulièrement ses frères. Car la force de Ken ne se base pas sur la colère ou la vengeance mais sur la tristesse. Il porte en lui le souvenir de ses proches et se bat pour eux, avec eux. Cette partie fait penser à un voyage initiatique car même s’il est fort, Kenshiro n’est pas encore parfait.Et le final est de toute beauté, avec les révélations qu’on attendait et un Raoh plus grand, plus fort et plus magnifique que jamais.

La deuxième partie est un poil en dessous car elle ne fait que reprendre le schéma de la première. Il y a certes de nouvelles choses, comme par exemple Lynn et Batt qui ont grandi et ont grandi avec l’enseignement de Ken. Mais on s’aperçoit vite que l’histoire est une sorte de remake de ce qu’on a vu avant, avec quelques « surprises » quand même. Là où cette partie est moins bonne, c’est paradoxalement Ken. Après avoir vaincu tous ses ennemis intimes, Ken est devenu trop fort. Il n’y a plus son apprentissage, cette phase de découverte. Il connait tout, à tout vu et a une totale conscience de sa force. Si bien qu’on ne vit pas ses aventures de la même manière et on rentre moins dans le scénario. ca reste du Ken et il y a quand même de bonnes choses (j’ai beaucoup apprécié sa « transformation » en Sylvester Stallone version Cobra par exemple, ou le petit clin d’oeil à Star Wars avec le cousin de Jabba the Hutt). L’importance croissante de Batt et Lynn est également une bonne chose sur le fond, surtout qu’ils sont bien employés. Mais d’un point de vue général, c’est un peu moins bon. Sans parler de la fin, qui n’en est pas vraiment une et qui laisse un goût d’inachevé. Certes, il était difficile de terminer un manga comme Hokuto no Ken mais je m’attendais vraiment à quelque chose d’autre.

Si vous avez décroché, je résume. J’ai beaucoup aimé Hokuto no Ken et j’ai préféré la première partie. Ne vous laissez pas abuser par l’anime de notre jeunesse, le manga est 100 fois mieux. Et ne vous arrêtez à l’apparente violence (enfin, réelle violence). Il y a plus que ça. C’est un manga sur l’espoir. Du moins, c’est comme ça que je l’ai perçu. Maintenant, les spin-off. J’ai déjà commencé et ils sont bons pour le moment. Atatatatata!!!

9 commentaires

  1. Dregastar dit :

    Que ça fait plaisir de voir que t’es lancé dessus^^. Ravis qu’il t’es plu, en effet les frères Raoh et Toki sont très intéressants ici,.. Et il y’a Jyuza aussi… Rei…. Shou…. Sauzer (quel démon celui ci). Tellement de personnages valeureux et charismatiques. C’est clair la deuxième partie est moins bien, d’ailleurs c’est bizarre mais là par contre à l’inverse de la première partie, je préfère l’anime (Ken 2). « Souten No Ken » est bon aussi pour comprendre d’avantage les origines du hokuto.. C’est avec l’oncle de Ken (tome 22 et dernier tome, sorti environ le mois dernier).. C’est très différent mais le tout se complète bien. Et il y a les spin-off mais tu es dessus, d’ailleurs c’est une femme qui est au dessin pour » la légende Toki » (talenteuse). Elle était plaisante à lire ta critique. Merci beaucoup car cela remet en avant, et de belle manière, ce titre possédant de nombreux atouts. Par la force de ton étoile, te voila devenu un Maitre du Hokuto Shinken maintenant.~ xD

  2. Méta dit :

    Pour moi, la seconde partie compte 3 tomes de trop, sans parler des histoires au milieu, parfois inutiles.

    **** SPOIL ****

    Le manga se serait achever avec la mort de Kaioh (dont l’utilité est remise en cause. Ce n’est au final qu’un sous Raoh) et la formation de Ryu, sans en dire trop, c’était suffisant. Mais le coup du pays caché, dans un monde caché, ca fait lourd. Sans parler du dernier tome, franchement stupide, surtout pour arriver au même point.

    **** FIN DU SPOIL ****

    Mais bon, Ken restera Ken. Je me contenterai de la première partie, qui possède tout.

    Par contre, je n’ai pas l’envie de voir l’anime. Vu que le manga est bon, c’est pas utile de doubler avec l’anime. Mais ca n’engage que moi.

  3. Dregastar dit :

    Ouaip,je crois que tous le monde ne retiendra que cette première partie! Elle est quasi parfaite, surtout si, en plus,on la compare à la seconde. Là moi où je voudrais en venir pour expliquer pourquoi «  »la seconde partie m’a fait plaisir » », c’est: d’abord pour terminer l’oeuvre, mais surtout pour revoir/re-avoir Kenshiro et me retrouver encore dans l’ambiance du Hokuto(même si c’est moins top)xD.

    Le truc c’est que l’idée de base, avec ce pays toussa, méritait mieux.. C’est loin d’être aussi prenant que la première partie. Kaioh est bien un sous Raoh, c’est clair.. D’ailleurs ça ma bien fait rire de le lire @Metan, merci^^. Un autre truc important: Là où je m’y retrouve en tant que fan,c’est avec les Spin-off sortis (Toki, Raoh, Yuria, Rei), car ils font du bien à ce titre et surtout aux fans.

    Il ne manque plus (Et j’en rêve) que l’on m’annonce un Spin-off sur Jyuza, et là mon compte est bon (Rhaa pourquoi Buronson n’y pense pas, j’avais cru entendre que c’était prévu). Pour ce qui est de la série anime, en particulier la première partie, je maintiens que certains arcs importants (Toki/Raoh, Sauzer/shou, Jyuza/Raoh)+ l’Ost +( les vrais doublages/sous titres inclus) apportent une superbe dimension et font tout de même plus que honneur au manga.

    Cela même si, bien sur, c’est bien moins approfondis, il manque des choses.. Le manga est sans égal sur ce point et puis lui il ne souffre d’aucune censure ou raccourcis. Pour moi, en tant que fan-dingue du Hokuto, l’anime c’est plus pour le truc visuel(comme de pouvoir admirer/vivre/entendre ce putain de « wah ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta! wah-ta!!,les énergies etc..) et aussi d’apprécier le bon travail des seiyuus.xD

    Ensuite c’est au goût de chacun, mais pour moi c’est selon mon envie et le moment (si, par exemple, je suis crevé et j’veux voir Ken en étant allonger tranquille ou bien si j’ai la pêche/préfère plonger dedans avec le support papier)ptdr. Sérieux! j’suis ouvert et fan des deux supports en fait, car ils font que je m’immerge d’une façon ou d’une autre dans l’univers du Hokuto Shinken. Les années passent mais, oui, Ken restera Ken.

    Voila voila!xD

  4. Méta dit :

    J’avoue que les animes ne m’intéresse plus trop, surtout après avoir lu le manga. Il est vrai que parfois l’OST me manque, ainsi que les effets sonores.

    Mais ce qui m’a fait tilter, c’est la « censure ». J’avoue que ca me saoule et Ken sans un crâne qui explose (j’arrive pas à croire que c’est moi qui dit ca), ca ne serait pas Ken. Alors je ne prendrai pas le risque d’être déçu ;)

  5. Dregastar dit :

    Hey tu ça y’est toi aussi tu aimes quand ça explose ?!!xD juste ajouter que l’ost d’façon il y’a toujours moyen de se l’écouter en lisant le manga si tu reste exclusivement sur ce support. Et ça vaut le coup^^.
    Ensuite pour finir, je trouve que ce titre à un quelque chose que je retrouve dans certains Shonen mais pas d’la même intensité.. Il s’agit de l’esprit des arts martiaux. Les arts martiaux chinois c’est pas de la tarte et dans le Hokuto je le retrouve de la même manière que lorsque je mate les films Made in Hong Kong.. Dans le,manga certaines planches illustrant des positions etc.. en transpirent… J’ajoute aussi que j’y retrouve même la virilité de ces hommes que l’on voit dans certains western spaghetti a la sergio Leonne par exemple.. M’enfin si le coeur t’en dis tente aussi souten nô Ken, c’est vraiment bon aussi. Voilou Maitre KB!

  6. Méta dit :

    Je vois ce que tu veux dire pour les films made in Hong Kong (esprit, coups mortels qui envoient du lourd, etc… ) mais pas pour les western. Enfin, si, dans le coté « homme qui parcoure un monde dévasté et qui punit les méchants dans chaque village ». Mais ca me faisait plus penser à Mad Max (les caisses, le désert, les tenues aussi).

    Mais malgré tout le bien qu’on en dit et que tu en dis, je me contenterai du manga et des spin off (avec peut-être la musique en fond ;) ). Les animes, c’est plus trop mon truc depuis quelques temps. J’ai eu ma période mais c’est fini.

  7. Dregastar dit :

    En effet Buronson a dit dans une interview qu’il s’était inspiré de Mad Max. En fait ce que je voulais dire lorsque j’évoquais ces westerns c’est ces cotés punisseur, villages et décors désertiques dont tu parles mais je pensais surtout aux moments avant les affrontements… Là où ça se jaugent du regard et que des plans sont faits sur ces même regards d’hommes/combattants avant le que le duel ne commence.. + le coté solitaire de la chose, chaque perso a un coté solitaire a la façon des cowbows, mdr. M’enfin voila quoi. Idem malgré mon peu d’experience en matage d’anime, je vire complètement Manga ! Plus de plaisir avec le support papier et naturellement attiré par ce celui ci bien que j’aime encore beaucoup les animes.

  8. Méta dit :

    En même temps, c’est vrai que Mad Max est un western moderne, avec ce côté « punisseur » et solitaire. J’ai parfois eu l’impression de voir des scènes de Mad Max 3 dans le manga.

  9. Dregastar dit :

    Pour Mad Max c’est culte mais je n’ai vu que le un et le deux (ca date grave en plus et j’aimais pas Mel à l’époque (Mais de ce coté là ça a bien changé depuis… xd). Cependant je te crois et faudra que je m’les re-fasse + le 3 tiens tant que a faire^^

    Mais c’est exactement comme ça que je le vois aussi: Kenshiro est un punisseur solitaire. Un homme bon en plus, mais j’ADORE ce coté « punisseur sans pitié et parfois cinglant » qu’il a lorsque il s’occupe des crapules. mdr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *